Histoire

« Qui tient le Roule tient Cherbourg ! ».

Collection conseil général

Ce dicton prend tout son sens lorsque l’on s’intéresse à ce que l’occupant allemand appelle déjà depuis plusieurs années la Forteresse de Cherbourg. Pourtant, en ce mois de juin 1944, la stratégie des alliés est claire. Après le débarquement, il faut absolument un port capable de servir de support logistique à l’ensemble des armées alliées. Ce port ne peut être que Cherbourg.
Les américains notamment progressent rapidement vers le nord Cotentin aidés de la Résistance. Montebourg, Valognes sont les derniers remparts avant leur arrivée sur la capitale du Cotentin.

Une à une, les puissantes batteries allemandes disséminées sur le littoral normand sont prises par la 79e Division. Mais il reste cette forteresse réputée imprenable, et le jeune Major Général Joseph Lawton Collins le sait.

La Montagne du Roule regroupe plusieurs installations. A sa base, des galeries dont la construction remonte à la fin des années 20, abritent des magasins où sont entreposées des munitions et plus particulièrement des torpilles. Ces installations furent l’oeuvre de l’armée française.
A son sommet, le Fort du Roule. Il constitue l’un des derniers symboles construits lors de l’édification de ce grand port militaire entrepris par Louis XVI et Napoléon.

La Montagne du Roule en 1940 :

En 1940, les Allemands prennent le fort et son réseau de tunnels. Ils comprennent rapidement l’utilité stratégique du Roule et son importance dans le dispositif du mur de l’Atlantique. Ils augmentent la puissance de la forteresse en creusant une galerie supplémentaire et en installant quatre batteries armées par des canons de 105 mm sur le flanc Nord de la montagne.

La Montagne du Roule en 1944 :

histoire-2Le 22 juin 1944, tous les moyens de bombardement intensif sont mis en branle afin de participer à un pilonnage en règle de la Forteresse. Pendant 48 heures, un bombardement naval, relayé par des moyens aériens s’abat sur Cherbourg, ou plutôt sur le Roule. Et ce n’est qu’au terme d’une « pulvérisation aérienne », terme employé par l’État-major américain, que la 79e Division arrive enfin à s’approcher du Roule. Le soutien terrestre des chars et des pièces d’artillerie n’y est pas étranger.

Le 25 juin au soir, à quelques heures de la libération de Cherbourg, un drapeau américain est hissé sur le fort. Mais la forteresse n’est pas encore entièrement reprise. Les combats sont d’une rare violence et se terminent bien souvent à l’arme blanche.

histoire-3Quatre ans après l’arrivée de l’armée Allemande à Cherbourg, au prix de pertes humaines considérables, les alliés reprennent la Forteresse. La chute de la Forteresse du Roule sonne le glas de l’occupation, Cherbourg est libérée le 26 juin 1944 et les troupes allemandes de l’arsenal se rendent au petit matin.

Cherbourg devient le premier port libéré de France et la tête de pont pour le ravitaillement des troupes alliées. A la fin du mois de juillet, des bateaux et autres navires de guerre déchargent sans interruption du matériel destiné à organiser le nouveau front. 85% de la totalité du matériel ferroviaire débarqué en France par les armées alliées entre le 6 juin et le 1er décembre 1944 transitent par Cherbourg, qui devient également le principal port d’approvisionnement en pétrole nécessaire pour continuer d’avancer…

En début d’année 1945, Cherbourg est devenue la « Porte de l’Atlantique » et pour un temps le premier port du Monde.
Depuis cette époque, les galeries creusées au milieu de la montagne n’ont plus jamais été utilisées. La Marine en a obstrué les entrées il y a une vingtaine d’années afin de sécuriser le site.